Saint Médard : Une origine religieuse

Samedi 2 juin 2018

Le site de notre village fut occupé par l’homme dés l’antiquité. L’étude des noms de lieu, nous permet de découvrir la présence des gaulois, puis après la conquête romaine (52 av JC) et la soumission gauloise, celle des gallo-romains. Mais c’est après l’effondrement de l’empire romain (476) et la christianisation du pays d’Excideuil, que Saint Médard entra dans l’histoire.

Le testament d’Aredius, futur Saint Yrieix, rédigé en 571 ou 572, nous apprend l’existence « d’un sanctuaire sis à Excideuil mais que le peuple appelle Saint Médard ». Quelques lignes plus loin, il positionne géographiquement cet oratoire, « en dessous de Gandumas ». On peut donc penser raisonnablement, qu’il s’agit de Saint Médard situé sur la Loue, en aval du prieuré de Gandumas, fondé selon toute vraisemblance par Aredius. Ce grand évangélisateur adepte des préceptes de Saint Martin de Tours, apporta la parole chrétienne dans tout le pays d’Excideuil, où subsistaient encore de nombreuses croyances païennes. Peut-être fut-il même à l’origine de cette première chapelle dédiée à Saint Médard. Médard (456-545) naquit et vécut à Salençy dans le nord de la France, dans l’actuel département de l’Oise. Proche du pouvoir royal, il conseilla et assista le roi Clotaire. Il était connu pour sa générosité, sa sagesse et son calme. Mais il guérissait aussi les migraines, les névralgies et les maladies mentales. Néanmoins on le connaît avant tout, pour ses rapports avec la météorologie et surtout avec l’eau venue du ciel. Deux légendes peuvent l’expliquer. Un jour alors qu’il était encore enfant et qu’il se promenait, la pluie se mit à tomber avec violence. Un aigle se posa au dessus de sa tête, déploya ses ailes et ce parapluie improvisé le protégea efficacement. La présence de cet oiseau annonçait aussi, qu’il était un élu de dieu. Une autre fois alors qu’il marchait à côté de son père, de fortes averses survirent. Son père se retrouva rapidement trempé, alors que lui fut totalement épargné par les gouttes d’eau. Ce rapport privilégié avec la pluie, fit de lui le protecteur des agriculteurs, des fabricants et des marchands de parapluie !! Aujourd’hui encore subsistent quelques proverbes qui attestent de la popularité du saint. D’ailleurs en France 70 communes portent son nom. Après sa mort, une abbaye fut édifiée près de Soissons, pour accueillir sa dépouille de saint homme. A partir de là, son culte se propagea et de nombreuses abbayes éponymes virent le jour. Ce fut le cas de Saint Médard, dont l’abbaye domina le paysage religieux du pays d’Excideuil, jusqu’au XIIIe siècle. Mais après la disparition de cette abbaye, Saint Médard devint le centre d’une vaste et riche archiprêtré qui compta jusqu’à 66 paroisses, chapelles et abbayes. La révolution de 1789, supprima cette institution de l’ancien régime mais la présence de l’archiprêtre, pendant des siècles, avait accordé au village une suprématie religieuse et un rayonnement spirituel indéniables. JD.D février 2017-02-05